Actualités

Association pour la Paix et les Droits de l'homme (APDH)

FORMATION DES CHEFS DE COLLINES PILOTES SUR LES NOTIONS ESSENTIELLES DU CODE DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET SUR LE CODE FONCIER DU BURUNDI

 

Cette session qui a lieu du 07 au 09 Septembre à l’Hôtel Horevo dans la ville de Ngozi voit la participation de 40 chefs de collines pilotes réparties sur toute l’étendue de la province NGOZI. Au total, nous avons donc 40 participants à la session de formation sur les deux thématiques si importantes.

C’est une activité de grande envergure car, les connaissances que les participants auront acquises serviront à aider les facilitateurs et leaders communautaires de leur localités respectives dans leurs mission de tous les jours, ces derniers ayant eux aussi été formés sur ces thématiques. Nos leaders et facilitateurs communautaires travaillent en étroite collaboration avec ces chefs de collines et parfois, ce sont ces chefs de collines qui se retrouvent obligés de clôturer ou faire avancer des dossiers des conflits fonciers et des cas de violences domestiques et/ou des violences basées sur le genre non résolues par ces relais communautaires. En plus de ce rôle de collaboration, les chefs de collines agissent le plus souvent en médiateurs et leur rôle s’avère prépondérant pour la cohésion, l’entente et l’accès à la justice des populations de la localité ; celui-ci étant l’objectif du projet en cours et constituant en partie l’idéal de l’APDH à voir sa mission et sa vision en général.

 

L’objectif général de cette session est de renforcer les capacités de ces chefs de collines pilotes du programme comme leaders impliqués à la gestion des conflits communautaires et appelés à contribuer pour la protection particulière aux familles. Cette session permettra aussi de créer un cadre de complémentarité entre les leaders communautaires mis en place par APDH et les élus collinaires afin de se concerter et se compléter dans leurs actions au profit de leur communauté de vie.

 

Le premier jour de la formation était consacré au Code des personnes et de la famille du Burundi avec insistance sur les grandes lignes du Code, notamment les notions et lois en rapport avec l’inscription des naissances, le mariage, le divorce, et beaucoup d’autres dispositions. Les deux derniers jours ont été consacrés à leur formation et l’échange avec eux sur les notions et concepts clés du code foncier du Burundi, avec insistance sur les modes d’acquisition des terres au Burundi, la légalité et les droits relatifs aux domaines fonciers et la certification foncière au sein des services fonciers communaux comme moyens de prévention des conflits fonciers dans la communauté.

Apres la formation, les participants ont exprimé leur satisfaction et gratitude car, selon eux, une formation si  importante les aidera à mieux servir la population dans leurs services de tous les jours. Et à en juger sur base de la comparaison des résultats du pré et post test sur les deux thèmes, L’APDH peut conclure que l’objectif primordial de la formation a été atteint et les attentes des participants comblées. Ils  comprennent les notions et concepts clés contenus dans les dispositions des deux codes, et se disent déterminés à contribuer activement à la résolution des conflits tant familiaux que fonciers tout en ayant les notions élémentaires des dispositions émargées.

Qui plus est, nos leaders et facilitateurs communautaires travailleront désormais dans une zone où les chefs de collines sont éveillés et conscients de leur existence et surtout du rôle que les premiers sont appelés à jouer pour l’intérêt communautaire et la promotion et protection des droits des sujets de leurs communautés de vie.

 

All Stories

FORMATION SUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONEMENT

L’homme est né, vie et grandit dans l’environnement. Il agit mêmement dans cet environnement tout comme l’environnement agit sur lui et impacte sa vie suivant que ce dernier a mal ou bien agi. Cette formation à l’intention des organes de l’organisation a pour objectif d’éveiller en eux et leurs sujets la conscience sur l’impact des actions de l’homme sur l’environnement et leur rappeler leur rôle dans la protection de l’environnement afin de promouvoir et protéger les droits de l’homme y relatifs. Un rappel sur les notions clés sur l’environnement, le changement climatique, l’impact des activités de l’organisation en particulier et de l’homme en général sur l’environnement a été faite par le facilitateur. En montrant le rapport entre l’environnement et les droits de l’homme et l’impact de nos actions sur l’environnement, il a rappelé qu’il faut tenir compte de l’environnement dans nos plans d’actions et réalisations pour une meilleure protection. Dans sa présentation aussi, les participants ont pu constater que depuis la création, plusieurs espèces on subi une extinction massive et d’autres sont encore menacées du même sort. « Dans nos actions et agissements, tenons toujours compte que chaque être vivant compte et est utile dans un sens ou un autre » : a rappelé le facilitateur. Les participants ont été rappelés que dans tout ce que nous faisons, nous contribuons au déséquilibre écologique, affectant par conséquent l’environnement. Cela se passe au lieu de travail, à la maison, dans nos voyages, dans la communication, ainsi de suite. Réflexion et recommandation des participants Il est de grande importance de nous souvenir que comme nous affectons négativement l’environnement, nous pouvons aussi agir de manière à l’affecter positivement et promouvoir et protéger les droits y relatifs. C’est pour quoi, les participants ont été amenés à réfléchir et recommander les actions de prévention et lutte contre le réchauffement climatique, et les actions négatives qui impactent l’environnement en concordance avec la ‘charte environnement et changement climatique’ en vigueur chez APDH dont les signataires sont ADISCO, AJCB, APDH, CAM, CNAC COCOCA, INADES FORMATION Burundi, UHACOM et FOPABU sous l’appui technique de BD et GIZ. Il ne suffit pas de s’engager, il faut aussi un suivi dont les indicateurs sont bien définis par la même charte. Des recommandations et résolutions ont été émises par les participants, fruits d’un travail de groupes. De part et d’autre, des actions positives à entreprendre ont été recommandées pour concrétiser les idéaux de la charte afin de contribuer à l’amélioration de la protection environnementale et ainsi protéger les droits y relatifs. La formation s’est clôturée sur une note du Représentant Légale Suppléant qui recommande de prendre au sérieux les recommandations tel que émises par les participants, chacun dans sa qualité de responsable en tant que personne et Responsable.